Le choix des outils et des couleurs :

– un crayon à papier (HB), une gomme, une règle ;

– au moins des crayons de couleur bleu, rouge, vert ;

– le rose et le fluo ne sont pas utilisés en cartographie ;

– dans tous les cas, vous n'oubliez pas de faire une légende qui doit se trouver à côté de votre carte et non pas au dos de la feuille !

Que voulez – vous représenter ?SignesRemarques
Un déplacement ? Un flux ?Pour indiquer un phénomère plus important, vous pouvez augmenter la taille de votre flèche :

Un échange ? Une ouverture ? Une interface ?Pour indiquer un phénomère plus important, vous pouvez augmenter la taille de votre flèche :


Ou bien jouer sur les couleurs :


Cette signalétique peut être utilisée pour figurer les migrations pendulaires, par exemple.
Une limite, une séparation ? Une frontière ?Un passage ?Le signe 1 est à utiliser pour séparer deux éléments : il figure alors une frontière.

Le signe 2 est une séparation moins imperméable.

le signe 3 est un point de passage comme Checkpoint Charlie dans le mur de Berlin.
Un point précis comme une ville, un quartier, un port, une technopôle ?Ces signes sont des signes ponctuels.
Pour indiquer un phénomère plus important, vous pouvez augmenter la taille de votre point :

Une surface, une étendue  comme une régions, un département ?












Il est aussi possible de se servir de trames (hâchures) telles que celle – ci :

Ces signes sont des signes surfaciques.

Vous vous servez d'une couleur en variant les teintes ou vous changez de couleur pour indiquer une phénomène :











En faisant varier la direction des trames, vous indiquer un autre phénomène :




De même, il est possible, en resserrant la trame d'indiquer une évolution (comme celle d'une densité de population) :

Une évolution ?Pour indiquer un phénomère plus important, vous pouvez augmenter la taille de votre signe + ou - :


C'est utile pour montrer l'évolution d'une ville, d'une région.