Doc. 1
Doc. 2
« Aux Femmes françaises,

    La guerre a été déchaînée par l'Allemagne, malgré les efforts de la France, de la Russie, de l'Angleterre pour maintenir la paix.
     A l'appel de la Patrie, vos pères, vos fils, vos maris se sont levés et demain ils auront relevé le défi.

    Le départ pour l'armée de tous ceux qui peuvent porter les armes, laisse les travaux des champs interrompus :
la moisson est inachevée le temps des vendanges est proche. Au nom du gouvernement de la République,
au nom de la nation toute entière groupée derrière lui, je fais appel à votre vaillance, à celle des enfants que leur âge seul,
et non leur courage, dérobe au combat. Je vous demande de maintenir l'activité des campagnes, de terminer les récoltes de l'année, de préparer celles de l'année prochaine. Vous ne pouvez pas rendre à la patrie un plus grand service.

    Ce n'est pas pour vous, c'est pour elle que je m'adresse à votre cœur. Il faut sauvegarder votre subsistance,
l'approvisionnement des populations urbaines et surtout l'approvisionnement de ceux qui défendent la frontière,
avec l'indépendance du pays, la civilisation et le droit.

    Debout, donc, femmes françaises, jeunes enfants, filles et fils de la patrie! Remplacez sur le champ du travail ceux qui
sont sur le champ de bataille. Préparez-vous à leur montrer, demain, la terre cultivée, les récoltes rentrées, les champs ensemencés !

    Il n'y a pas, dans ces heures graves, de labeur infime. Tout est grand qui sert le pays. Debout ! à l'action ! à l'œuvre ! Il y aura demain de la gloire pour tout le monde.

    Vive la République Vive la France ».

Pour le Gouvernement de la République : Le président du Conseil des ministres, René Viviani.

Appel paru dans Le Figaro du 7 août 1914.